Pr Djibril Tamsir NIANE, un monument de la littérature africaine.

475
Pr Djibril Tamsir NIANE

« L’épopée mandingue «  c’est ma plus grande œuvre et c’est la plus connue, tellement reconnue que les gens pensent que … »

«Né en 1932 à Conakry, le célèbre Ecrivain & Historien Pr Djibril Tamsir NIANE, s’emploie à faire connaître l’histoire ancienne de l’Afrique à partir des récits que lui font les griots. Suivez cette interview exclusive qu’il a accordée à notre rédaction. »

MODELE DE REUSSITE: Présentez-vous à nos lecteurs?

Je m’appelle DJIBRIL TAMSIR NIANE né le 9 janvier 1932 à Conakry. Je suis un écrivain guinéen auteur de plusieurs ouvrages d’histoire issus des traditions orales sur l’Afrique ancienne.

MODELE DE REUSSITE: Parlez-nous de votre carrière professionnelle?

Je suis allé faire mes études en France. Après mes études universitaires qui ont pris fin en 1958, je suis devenu professeur et je me suis mis à la recherche immédiatement.            En France, on ne parlait jamais de l’histoire du continent africain.                                    Et c’est dû à cela que j’ai voulu dès lors me pencher sur l’histoire de l’Afrique.                J’ai terminé mes études supérieures en tant que « MEDIEVISTE » et j’ai choisi un sujet de thèse essentiellement sur l’Empire du Mali ; à l’époque en France c’était quelque chose d’étrange parce qu’il y avait très peu qui s’y intéressaient ; j’ai donc expliqué à mon professeur qui m’a laissé aller en Afrique tout en précisant qu’il y a très peu d’écrit et il ignore comment j’allais faire ma synthèse.                                                                      A mon arrivée en Guinée, certes il n’y avait pas d’écrit mais des griots qui pouvaient m’informer.                                                                                                            J’étais très étonné parce-que c’était bien organisé et l’aventure était fantastique. C’est ainsi qu’on m’a raconté l’épopée du Mali SOUNDIATA KEITA qui est une histoire géniale et extraordinaire. Je me suis informé chez moi à BARO dans le village de FANAMA j’ai été reçu par le chef des griots qui était un ami à mon beau-frère que j’appelais BABOU CONDE, il m’a révélé l’histoire du Mali. De là-bas je suis allé a Kankan et un de mes amis SAKOBA KEITA m’a conduit dans son village à Djelibakoro, j’étais très jeune, mais on m’a raconté l’histoire grâce à l’accord de leur maître et le griot DJELI MAMOUDOU KOUYATE qui s’est mis à mon service et m’a donné en détail l’histoire de SOUNDIATA, les faits se sont déroulés au 13eme siècle. Une histoire transmise de père en fils, c’est un enseignement codé transmis de génération en génération fidèlement. L’actuel Mali qui s’appelait à l’époque Soudan Français j’avoue que c’était une organisation très stricte alors que les blancs ignoraient cela. De Djelibakoro,  je suis allé d’abord à KEILA  qui est aussi un village de griots avec des gens qui vivent de leurs enseignements, mais là-bas je n’ai rien reçu parce-que les sages n’avaient pas le temps, ensuite je suis allé à NARENA puis à KITA .Imaginez un peu un jeune étudiant.

J’ai fait l’histoire, je connais donc l’histoire de tous les continents sauf l’Afrique. Mais quand je suis venu, j’ai compris que la tradition orale est une science contrairement à l’écrit. C’est également une connaissance profonde de l’histoire.                                                      Alors j’ai fait mon diplôme d’étude supérieure sur l’Afrique parce  qu’on pouvait remonter jusqu’à l’Empire du Mali et du Ghana ; la thèse était donc basée sur la confrontation de l’écrit et de l’oral. C’est pourquoi je dis haut et fort sans risque de me tromper que la tradition orale est une source valable et éclaire mieux l’histoire par rapport à celle écrite ‘je parle de l’arabe’.

Après mes études supérieures, c’était le premier ouvrage qui transmettait l’histoire et le livre a eu un succès, traduit dans plusieurs langues, le plus important ; c’est qu’il y a bien une histoire en Afrique et c’est après cela que les autres auteurs se sont intéressés à l’oral en 1960 après les indépendances.

MODELE DE REUSSITE: Jusque maintenant, combien d’ouvrages avez-vous  sur le marché?                                                                                                                     Bon il y en a tellement que j’oublie exactement le nombre. Une chose est sûre, j’ai des ouvrages d’histoires et de littératures. Tel qu’Histoire générale d’Afrique Volume 4 (8 livres dont j’étais le directeur de publication). Et beaucoup d’articles d’histoire « Histoire des Mandingues« 1989.

« L’épopée mandingue » 1960 (Soundiata Keita)                   « Cikasso »                                                                                 « Méry »                                                                                    « Compte d’hier et d’aujourd’hui  »  1985.                                Beaucoup de conférences à travers le monde. J’avais aussi créé une maison d’édition de Guinée qui s’appelait (Société Africaine d’Edition et de Communication). J’avais une ONG (Organisation pour la Mémoire et le Patrimoine).

MODELE DE REUSSITE: Parmi tous ces ouvrages, lequel vous a marqué le plus ? Et pourquoi ?                                                                                                     « L’épopée mandingue » c’est ma plus grande œuvre et c’est la plus connue, tellement reconnue que les gens pensent que je n’ai rien écrit d’autre à part ça.

MODELE DE REUSSITE: À votre avis quel est l’impact de l’histoire dans le développement d’une nation?                                                                                C’est le fondement de la culture, les sites négriers c’est de l’histoire,  c’est de l’histoire que tout va partir, chacun est fier de son histoire et on est content de parler de nos histoires, c’est vrai qu’il y a des découvertes, des créations tout cela vient de l’histoire.

MODELE DE REUSSITE: Réussir, c’est aussi franchir les obstacles parlez-nous de quelques difficultés majeures que vous avez traversé ?

Oui bien-sûr, en 1961 il y a eu le « Complot des Enseignants » dans lequel j’ai été condamné à 5ans de prison. Quand je suis sorti de prison, en 1972 j’ai dû m’enfuir pour échapper à une seconde arrestation, car depuis 1970 le « complot permanent » est déclaré, on pouvait arrêter n’importe qui et à n’importe quel moment .Donc je suis allé au Sénégal où j’ai d’ailleurs été Directeur Général de l’Institut Léopold Sédar Senghor.

MODELE DE REUSSITE: Depuis l’année dernière, Conakry est Capitale Mondiale du Livre, quelle est votre perception ?

C’est une excellente idée, qu’une ville soit choisie  comme capitale mondiale du livre, c’est une initiative qui est faite pour le développement de la science et de la culture de la Guinée grâce à l’action personnelle de Sansy Kaba Diakité.

Le livre va être au centre du développement. Pendant tout ce temps, le livre était négligé en Guinée, la lecture était devenue très peu intéressante. Capitale Mondiale du Livre va donner l’occasion de relancer la lecture. Le livre est reintronisé en Guinée, la course au livre commence, c’est un grand apport.

MODELE DE REUSSITE: Vous êtes une véritable source d’inspiration, quels sont vos principaux conseils pour le développement de notre cher pays la Guinée ?

Il y a lieu de s’intéresser à la science et à la culture, quand on a des idées pour s’exprimer il faut le faire, plus un pays à d’écrivains, plus le pays vaut. Il faut sortir la Guinée de cette misère culturelle, car le développement culturel et scientifique est le couronnement du développement.

Il faut une chose essentielle, le pays doit avoir des écoles dignes de nom qui forment bien, faire la promotion de l’enseignement aux populations, le problème c’est que tout est politique en Guinée. Toutes les entreprises ont une accointance avec le pouvoir en place, si tu n’es pas dans la ligne, tu n’es pas bon. Le dirigisme révolutionnaire continu sous une autre forme, tout tourne autour de la politique il faut en sortir.

MODELE DE REUSSITE: Quelles sont vos perspectives?

Bon je viens d’écrire un manuel d’instruction civique en 2017 parce que le problème de la citoyenneté est fréquent en Guinée. La connaissance des droits et devoirs du citoyen, les principes démocratiques, la citoyenneté, droits et devoirs ne sont pas connus en Guinée et on ne peut pas construire une république comme ça.

Quelle est votre perception pour ce groupe de medias   MODELE DE REUSSITE ?

C’est une très bonne chose de penser à faire connaître les valeurs du pays. La Guinée n’a pas l’option de donner le mérite, tout doit partir du pouvoir chose qui est malheureux pour la Guinée. C’est donc une très bonne chose ce que vous faites.

MESSAGE DE MODELE DE REUSSITE

« A la lecture du résumé du parcours de ce monument ; avec 60 ans d’expérience professionnelle l’on se rend compte qu’il faut oser faire ce que tout le monde ne fait pas, vivre sa passion dans une parfaite persévérance.   Le parcours exceptionnel du Pr Djibril Tamsir Niane, modele de persévérance et d’audace interpelle chacun d’entre nous dans sa vie quotidienne. Notre nation doit travailler pour faire vivre le mérite et la reconnaissance de nos élites.                                                                                                       Comme Pr Djibril Tamsir Niane vous pouvez aussi réaliser votre rêve »

Quelques Ouvrages:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here