Qui est DIAKA CAMARA ? Sur fonds propres, elle lance une ÉMISSION qui la rend célèbre.

4907

 « Je crois fermement que le changement commence en soi-même. Nous pouvons tous participer au changement à tous les niveaux. Ce n’est pas le gouvernement ou un individu, chacun peut apporter le changement à ce pays » a-t-elle laissé entendre.

Découvrez le parcours inspirant de la star de TOP 10.

www.modeledereussite.com : Parlez-nous un peu de votre enfance ?

DIAKA CAMARA: Je suis née à Bruxelles en Belgique, mais j’ai fait une partie de mon enfance en guinée. Nous sommes quarte (4) : ma grande sœur, moi et mes deux petits frères. Je dois le dire, j’ai fait une enfance joyeuse.

www.modeledereussite.com : Qu’est ce qu’on peut retenir sur vos études ?

DIAKA CAMARA: J’ai commencé par le lycée français Albert Camus. En ce moment il n’y avait que la maternelle. Donc je faisais partie des premiers élèves. Je suis restée jusqu’ au CM2, ensuite je suis partie au collège Sainte Marie. Après l’obtention du Brevet (BEPC), suis partie aux USA.

J’ai fait mes études supérieures à l’Université de Huston au Texas qui est une grande Université. J’ai obtenu un diplôme en communication journalisme. Donc je suis journaliste de formation.

www.modeledereussite.com : Aviez-vous d’autres occupations en parallèle avec vos études supérieures ?

DIAKA CAMARA: Pendant que je faisais l’université, je travaillais dans une banque appelée Chase Bank. J’avais la possibilité de vendre les produits de la banque. Après je suis partie faire un stage de six (6) mois à Tele Mundo qui est une chaine de télé locale  à Huston. Car quand tu commences là-bas le journalisme, ça ne paie pas bien. Je me suis retournée à la banque jusqu’au moment où je suis rentrée en Guinée.

www.modeledereussite.com : Parlez-nous de votre premier emploi en Guinée ?

DIAKA CAMARA: Je ne suis pas rentrée en Guinée pour chercher de l’emploi, déjà je suis revenu avec un produit.

Pour la petite histoire, le président Alpha Condé venait de prendre le pouvoir ; Madina Thiam de Madina Magazine m’appela pour me suggérer de rentrer faire une émission pour les jeunes, une émission qui va créer de l’engouement. J’ai accepté la proposition. C’est comme ça que l’émission  TOP 10 est née.

A mon diaka camara modele de reussitearrivée, je suis partie voir le Directeur général de la RTG à l’époque et je l’ai montré TOP 10. Il a convoqué tout le personnel. Ils ont tous aimé le produit. Mais il m’a dit que je ne serai pas payé parce qu’il n’y a pas de budget de fonctionnement, mais ce qu’il peut faire c’est de faire passer l’émission. On m’a demandé de chercher des sponsors. Malheureusement, c’est comme ça en Guinée. On ne peut pas payer pour ton contenu. On voit la qualité de ton émission, mais on n’a pas de l’argent pour ça.

D’ailleurs, au départ, comme je faisais la navette entre la Guinée et les USA, je restais là-bas et j’envoyais les émissions ici pour être diffusées. Mais à la RTG il y a tout un système. Si tu n’es pas là, ton émission ne sera pas diffusée.

Quand je suis rentrée en Guinée, j’ai créé ma compagnie de communication audiovisuelle CBC World Wide avec mon cousin qui est mon associé et on a continué TOP 10. Malheureusement ça s’est pas bien passé avec la RTG.

www.modeledereussite.com : Quel est l’objectif de cette compagnie ?

DIAKA CAMARA: L’objectif c’est de faire des productions ‘made in guinea’. C’est faisable. Il suffit d’avoir les moyens. Faire des émissions qui peuvent être vendues ailleurs, mais ‘made in guinea’. Comme ce que la Côte d’Ivoire a réussi à faire. Ce n’est pas de la magie.

J’ai produit aussi une émission sur l’art, la mode et la culture qui passait sur Espace.

diaka-sauJ’ai fait aussi un documentaire quand il y a eu EBOLA parce que j’ai trouvé que la communication qui était faite n’était pas la bonne. L’approche du documentaire ‘1 sauve 100’, c’était d’aller chercher des victimes d’EBOLA qui voulaient témoigner à visage ouvert pour sensibiliser le reste de la population. Le documentaire a été traduit en français, anglais et dans toutes les langues nationales. Il est passé en synchro sur toutes les télévisions du pays durant la période de l’épidémie.

J’ai réussi à faire aussi une communication pour l’Ambassade des USA, contre l’excision qui était intitulé : « Protégeons nos filles contre l’excision ». On a fait des spots publicitaires ainsi que des panneaux un peu partout dans la ville.

www.modeledereussite.com : Votre regard sur l’évolution du pays, notamment la mentalité des guinéens.

DIAKA CAMARA: Je suis très passionnée par l’activisme. J’ai vu que la popularité de TOP 10  m’a donné une certaine célébrité dans ce pays. Je me suis dit d’utiliser  ça pour changer un peu ce pays-là. C’est pour cette raison que je suis revenu en Guinée. Si c’était pour une meilleure vie, je serais restée aux USA. Je crois fermement que le changement commence en soi-même. Nous pouvons tous participer au changement à tous les niveaux. Ce n’est pas le gouvernement ou un individu, chacun peut apporter le changement à ce pays.                                                                                                                             C’est facile de s’asseoir de l’autre côté et dire que le pays ne marche pas.                  Qu’est-ce que toi tu as fait ? Critique, mais viens aussi faire quelque chose.

www.modeledereussite.com : Quelles difficultés avez-vous rencontré dans votre parcours ?

DIAKA CAMARA: La plus grande difficulté que j’ai rencontrée, c’était la mentalité des gens et leur manière de faire. C’était incroyable. Concernant TOP 10  par exemple, pour moi, c’est la télévision qui achète un contenu. Ce n’est pas moi qui ai fait le contenu qui doit payer. Cela n’a pas de sens.

Au début j’avais un sponsor orange. Je me suis entendu avec la RTG sur un montant à payer. Après un temps, ils m’ont appelé pour me demander d’augmenter ce montant. J’ai dit non, je ne peux pas faire ça car normalement c’est eux qui devraient me payer.

Finalement, je suis partie à Espace TV et là aussi, je dois vous avouer, ils m’ont dit qu’ils venaient d’ouvrir et qu’ils n’avaient pas d’argent pour payer mon budget de production. Néanmoins, ils m’ont dit que mon contenu va passer et ils ont toujours respecté cet engagement ainsi que la grille des programmes : l’émission passe tous les vendredis à 20h 30’.

Au moment où vous avez persévéré, certains auraient dû abandonner, qu’est-ce qui vous a permis de surmonter tous ces obstacles ?

J’ai persévéré parce que la Guinée c’est chez moi. La Guinée appartient à nous tous. Pourquoi à cause des obstacles je vais me décourager ? Je fais TOP 10 pour tous ces jeunes qui regardent l’émission et qui m’écrivent pour me dire qu’à cause de mon émission ils sont restés accrochés à la télé. Ça n’a pas de prix.

Vous savez, la beauté de grandir aux USA, c’est qu’ils vous apprennent le patriotisme. On ne voit pas plus patriote que l’américain car il est prêt à mourir pour sa patrie.

C’est le facteur-là qui fait que je reste ici. C’est mon pays. Je veux voir ce pays émerger. Je veux voir une autre guinée, une nouvelle guinée. On ne peut pas baisser les bras. C’est difficile car si s’était facile on ne serait pas là.

www.modeledereussite.com : Qu’est-ce que le métier de journalisme représente pour vous ?

DIAKA CAMARA: D’abord j’ai choisi le journalisme parce que je suis très curieuse. Ensuite, je trouve que ce métier est très noble. Le journaliste va à la recherche de la vérité. Il travaille pour le peuple, il risque sa vie pour donner l’information à ce peuple.

On ne peut pas être riche en faisant ce métier malgré qu’Oprah Winfrey fasse exception.     Si tu veux être riche, tu peux choisir d’être Docteur, Avocat, j’en passe… mais il y a de l’honneur dans ce métier de journalisme.

www.modeledereussite.com : Quand vous êtes en prestation, on voit que vous libérez assez d’énergies, dites-nous quelles sont vos sources de motivation ?

DIAKA CAMARA: J’aime ce que je fais. Lorsque vous aimez ce que vous faites, vous ne pouvez jamais vous fatiguer. Cette passion que tu as pour ton JOB, elle n’a pas de prix et ne va jamais s’user. Quand tu aimes ce que tu fais, personne ne pourra t’arrêter. Ce n’est pas de la magie, c’est aussi simple que ça.

www.modeledereussite.com : Quelles sont vos perspectives durant les cinq (5) prochaines années ?

DIAKA CAMARA: Là, j’ai mis en place une fondation dénommée « FONDATION DIAKA CAMARA » qui a pour but de promouvoir l’éducation. Le développement socio-économique ne se fera qu’avec l’éducation. Quand tu as un pays où plus de 70 % de la population sont analphabètes et parmi elle, plus de 50 % sont des jeunes, comment ce pays-là va se développer ?      Ce n’est pas possible                                                                                                                                            Donc la fondation s’occupe de l’éducation des jeunes, spécialement de celle de la jeune fille.

Comme vous le savez, Conakry a été choisie comme Capitale Mondiale du Livre ; j’ai été choisi par l’UNESCO comme ambassadrice de l’événement.

Le premier projet que j’ai choisi pour accompagner l’événement, c’est de mettre en place une bibliothèque aux normes internationales qui s’étendra sur 2.000 m2 ensuite mettre un peu partout dans les quartiers des points de lecture, parce que le guinéen veut apprendre, mais il n’a pas les moyens de le faire.

Comme nous avons notre agrément, nous avons décidé de mener une action à la Blue-zone de Kaloum pendant la fête de noël. Nous avons choisi cent (100) élèves dans la commune de Kaloum dont vingt-cinq (25) de l’école des sourds-muets, cinquante (50) du collège Boulbinet et vingt-cinq (25) du lycée 02 octobre. Nous avons choisi les meilleurs de leurs promotions. Ces élèves seront récompensés et dans ce pays car ici, l’excellence n’est jamais récompensée. On récompense toujours la médiocrité. On va les inviter au marché de noël de Kaloum, ils vont tous avoir des kits scolaires. Ensuite on essaie de trouver des ordinateurs portables pour les premiers de la 7ème  à la terminale.

D’ici cinq (5) ans, la fondation Diaka Camara doit avoir une ampleur au niveau international. D’ici là, on aura réussi à rehausser ce  taux d’analphétisme.

www.modeledereussite.com : Pour ces jeunes qui souhaiteraient être comme vous, quel conseil avez-vous à leurs donner ?

DIAKA CAMARA: C’est de travailler, il n’y a pas de raccourci, on ne peut pas sauter les étapes.

L’éducation est primordiale. Il n’est pas toujours obligatoire d’aller à l’université. On peut faire des formations. Même la mécanique c’est une éducation. C’est seulement en guinée qu’on peut faire la mécanique au hasard, aux USA, il faut faire une formation de deux (2) ans pour être mécanicien, plombier, …

Toi jeune, n’attend pas que quelqu’un fasse quelque chose pour toi, lève-toi et fais le pour toi-même. Quand le Président de la République parle de changement, j’ai l’impression que les gens pensent que c’est une baguette magique qui va venir changer les choses, non ! Le changement commence en soi même.  Tu dois te lever et dire : aujourd’hui je vais changer ma vie. Au lieu de passer tout ton temps sur Facebook, vas sur YouTube ou sur Google  et fais tes recherches.

www.modeledereussite.com : Vous êtes une source d’inspiration pour beaucoup de personnes, à votre tour, quels sont vos modèles ?

DIAKA CAMARA: Ma mère est pour moi une source d’inspiration ; Oprah en est une autre.

Je veux faire de l’Afrique, ce que ‘Oprah’ a fait non seulement pour l’Amérique mais aussi pour une partie de l’Afrique. Je veux être la ‘Oprah’ de l’Afrique. INCHA ALLAH on y arrivera.

Quelle appréciation faites-vous sur le premier site de modèle de réussite en Guinée?

C’est bien, le site est facilement accessible. « I LIKE IT »logo-modele-de-reussite-copy

www.modeledereussite.com vous remercie !!!

Merci à vous et courage.

 

SOUARE Mamadou Saliou 1

pour www.modeledereussite.com

Message de modeledereussite.com :
Comme vous l’avez certes remarqué en lisant ce parcours, vous ne devez pas blâmer la vie quand tout n’est pas rose. Vous devez juste comprendre qu’avec la persévérance, vous êtes sur le point de devenir plus forts. L’exemple de Diaka en est une illustration : loin d’être tentée par une vie meilleure aux USA, son patriotisme la guide vers le retour au pays natal.

Aujourd’hui, elle est non seulement célèbre avec TOP 10, mais aussi ambassadrice de l’UNESCO à l’évènement ‘Conakry capitale mondiale du livre’……
Qu’attendez-vous vraiment ? Levez-vous, Réveillez vos TALENTS, Utilisez vos COMPETENCES pour ATTEINDRE vos OBJECTIFS !!!
« Comme DIAKA, vous pouvez aussi réaliser vos RÊVES »

4 Commentaires

  1. Nous voulons des histoires impressionnantes
    pas des personnes déjà réussis je trouve que ça n’inspire pas
    impressionné nous

  2. C’est une Dame sympa je l’aime bien elle est franche et direct. Sa motivation prouve une chose pensons d’abord à ce que chacun de nous pouvons apporter à ce pays avant de prendre pour comptent les promesses de politicien. Biz ma grand et prends soins de toi soutiens total et Big up à la plateforme #Modeledereuissite on découvre de super modèles chaque semaine ?????

    • Merci à vous Mr Kindy Drame , et nous vous invitons pour la PLATEFORME NATIONALE MODELES ET ETUDIANTS le 25 Fevrier 2017….Vous decouvrirez le temoignages exceptionnel de Mr NAITE MOUSTAPHA & Mr LAMINE GUIRASSY sur leurs parcours….Venez vous inspirez en direct.

Comments are closed.