FRANCO-CAMEROUNAIS : WAZAL AYISSI – Créateur de mode et écrivain, un parcours exceptionnel et inspirant.

777
Jeune Modele - WAZAL AYISSI

 » Lorsque vous entendez Braguette Tété, Africafutur, Wazal Rock et Ova Tété, pensez automatiquement à Wazal Ayissi. Ce jeune Franco-Camerounais au talent exceptionnel ne cesse d’émerveiller et de surprendre le monde de la mode grâce à son génie créateur. Pour lui, l’Afrique est sa véritable source d’inspiration, comme il le dit bien dans cette interview : « Ma source d’inspiration provient de l’Afrique entière, c’est l’essence même de mes œuvres. » Il fait partie des ces Africains qui croient en l’avenir et aux énormes potentiels de ce continent grâce à sa jeunesse active. MODELE DE REUSSITE, vous invite à lire en exclusivité le parcours et les ambitions de ce jeune modèle qui fait la fierté du continent. »

MODELE DE REUSSITE: Présentez-vous à nos lecteurs ?

WAZAL AYISSI : Je suis AYISSI NGA Joseph Marie connu sous le nom de Wazal Ayissi, je suis créateur de mode et écrivain.

MODELE DE REUSSITE: Parlez-nous en résumé de votre enfance et surtout de ce qui vous a le plus marqué?

WAZAL AYISSI : Tout d’abord merci de m’avoir offert l’opportunité d’apparaître sur votre plateforme. J’en suis honoré. J’ai un parcours atypique. Dans ma jeunesse, au Cameroun, j’aimais faire de la mécanique, ce qui a développé chez moi une attirance pour tout ce qui est technique et manuel. Tout jeune je savais qu’un métier à la fois créatif et manuel était ce qui me correspondait. Bien plus tard j’ai suivi une formation de styliste modélisme patronage et moulage à l’école Vanessa Ruiz à Paris pendant deux ans. Mais j’avais commencé à faire des créations bien avant ma formation. Ce qui m’a marqué dans mon  enfance c’est de voir nos parents qui se préoccupaient  de notre éducation ils ont dû faire beaucoup de boulot pour assurer  notre  avenir

MODELE DE REUSSITE: Parlez-nous des débuts de votre carrière professionnelle avant de vous lancer dans la mode ? 

WAZAL AYISSI : J’ai  souvent travaillé  dès mon plus jeune âge  avec mes mains, j’ai fait mes premières armes dans la mécanique, aimant la technique et le touché, je pensais qu’un métier manuel me correspondrait plus que tout autre domaine. La décision de lancer ma marque vient aussi d’un rêve d’enfant d’avoir quelque chose qui m’appartient et une autre manière de rendre hommage à mon papa décédé en 2005, (RIP).

Je n’ai pas suivi un vrai cursus en ce qui concerne la mode, j’ai fait une formation de mode à l’école VANESSA RUIZ. Je me suis spécialisé en modélisme patronage et moulage sans oublier le prototypage.

Mes plus belles créations viennent de ma première collection appelée BRAGUETTE TETE COLLECTION qui me tenait à cœur. C’est une collection inspirée d’une Braguette de jean et Tété veut dire chic bourgeois (dans le langage camerounais). En alliant ces deux concepts j’ai voulu faire un clin d’œil à l’élégance africaine en n’utilisant des matières comme le wax qui est appelé aussi imprimé africain.

MODELE DE REUSSITE: Vous êtes aujourd’hui le créateur de la marque WAZAL, faites nous une brève aperçue de cette marque ?

Wazal a été inspirée du célèbre parc naturel de WAZA, situé dans l’extrême Nord du Cameroun. Je souhaitais me démarquer, en montrant ma détermination tout en reflétant la beauté du parc. Pour se faire j’ai ajouté le « L » qui signifie « Lion ». Comme vous le savez, le lion est un animal féroce mais très beau, un roi calme tant qu’on ne l’embête pas.

J’ai trouvé qu’associer la lettre « L » au nom du parc, était le reflet idéal de mon identité de marque. J’ai voulu représenter ma culture en parlant des richesses culturelles du Cameroun, en parlant du don que mon père m’a légué, de la royauté ; autant de valeurs que vous retrouvez dans mes œuvres.

J’ai été nominé au BEFFTA AWARDS à Londres en 2016. 

Cette récompense a été pour moi un moment de grande joie, car je n’ai pas suivi un cursus particulier dans le domaine de la mode. Je suis un autodidacte, qui depuis sa plus tendre enfance s’inspire de différents horizons pour créer. Toutefois, j’ai tenue à suivre une formation de mode au sein de l’école VANESSA RUIZ à Paris. Ce qui m’a permis d’acquérir des connaissances sur le modélisme du moulage et perfectionner mes méthodes et techniques de travail. Grâce à cette formation, j’ai pu améliorer mes créations et mieux définir mon univers.

MODELE DE REUSSITE: Quelle est la particularité de votre marque par rapport aux autres ?

WAZAL AYISSI : Aux débuts de Wazal je ne faisais que du street wear. Et puis au fur et à  mesure des années je me suis adapté aux besoins de mes clients. Les mentalités évoluent, les styles vestimentaires suivent. Je me suis spécialisé dans les vestes de smoking. J’ai créé ma première collection en 2013, Braguette Tété. C’est inspiré de l’argot camerounais qui signifie chic et bourgeois. En alliant le chic avec l’idée de la braguette, Wazal fait un clin d’œil à l’élégance africaine dans le street chic. Je dirais qu’aujourd’hui mes vêtements sont un mélange de street et du chic. Je m’inspire de la rue et du haut de gamme

MODELE DE REUSSITE: Que représente la mode pour vous ?

WAZAL AYISSI : Pour moi la mode est un moyen d’expression reflétant m’a créativité. C’est un talent, un don que l’on a ou pas. Vous allez objecter que le métier  s’apprend, après certains viennent de nul part ils en font leurs métier. La  mode est également un moyen de transmission, une véritable passion pour moi.

MODELE DE REUSSITE: En plus de la mode, vous êtes aussi un écrivain parlez-nous en résumé de votre ouvrage « la Légende du Wazal »

WAZAL AYISSI : La légende de Wazal » est un conte qui a pour cadre l’Afrique et ce n’est

LA LEGENDE DE WAZAL

pas qu’une histoire pour se divertir. Imager ce conte à travers la bande dessinée a aussi pour but de présenter cette partie de l’Afrique qui est la région du bassin du Lac Tchad et les pays qui composent cette région, dont le Cameroun. Les paysages – l’architecture – les coutumes – les interdits – les rituels – les cultures vestimentaires – les étoffes – les accessoires – les coiffures – les couleurs de la vie quotidien… »

A travers la bande dessinée  « La légende de Wazal » je raconte ma culture, ma source d’inspiration, mon don, ma passion pour la mode que j’ai reçu de mon défunt père, le couturier Ayissi Nga Pierre Célestin. »

« Ma source d’inspiration provient de l’Afrique entière. C’est l’essence même de mes œuvres. » 

Pour le tissu Wazaliane, je me suis inspiré des tissus du Ghana et du Cameroun ; plus respectivement le Kenté et le Ndop.

Quand au code vestimentaire du village de Wazalville, j’ai apporté une touche nigériane qui se marie bien avec les deux tissus précédents.

L’Afrique est un réel bol d’idées pour moi. Je pioche ce qui me semble intéressant et je travaille cela pour proposer quelque  chose d’unique. Wazal est un jeune Roi qui du jour au lendemain se retrouve à devoir prendre la responsabilité de protéger son peuple. Il se doit de marcher sur les pas de ses ancêtres qui ont toujours gouverné et protégé le peuple avec précision et diligence.

Sa sagesse, il l’acquiert en s’inspirant de ses ancêtres, en écoutant les conseils des plus anciens du village, en écoutant le peuple, en faisant d’autorité, de conseiller, en tirant des leçons de son quotidien qu’elles eussent étés des échecs ou des réussites,

Sa sagesse est un gage de grandeur, de maturité qu’il se doit s’acquérir et de préserver coûte que coûte afin de développer et protéger la confiance que son peuple met en lui. Comme un entrepreneur

MODELE DE REUSSITE: Aujourd’hui lorsqu’on parle de l’Afrique beaucoup de personnes pensent à la pauvreté  et ses corollaires, mais pour vous quelle perception avez-vous de ce continent ?

WAZAL AYISSI : Ma vision du Cameroun pour une personne qui vit ici en France est assez positive en matière d’entrepreneuriat. Nombreux sont les talents qui démontrent leurs compétences et ce, dans tous les secteurs : Cosmétique, Événementiel, Nouvelles technologies etc. La jeunesse a compris que l’avenir lui appartient et que c’est par elle que les choses changeront pour le mieux. Alors, elle s’applique à marquer de son empreinte.  Ce n’est pas toujours évident mais il faut se battre.

MODELE DE REUSSITE: Un parcours comme celui-ci est forcément parsemé d’énormes  embûches, pouvez-vous nous raconter les plus marquantes durant votre parcours?

WAZAL AYISSI : Au début de ma formation le styliste Imane Ayissi m’a offert une machine à coudre, j’en  profite pour le remercier.

Les débuts n’ont pas été faciles : la recherche des fabricants, des commerciaux pour commercialiser nos produits. Au début je n’avais pas encore suivi de formation ; j’étais obligé d’aller à l’étranger pour faire mes fabrications ; j’ai aussi eu la chance d’avoir une famille formidable qui me soutient depuis le début, sur le plan moral et financier.

MODELE DE REUSSITE: Quels conseils avez-vous à donner à tous ces jeunes qui aspirent être comme vous ?

WAZAL AYISSI : C’est vrai qu’il y a beaucoup de marques de vêtements, mais il faut savoir que toutes ne survivent pas. C’est un milieu difficile. Aux jeunes qui veulent créer leur ligne de vêtements, je leur conseille de faire des formations pour la maitrise de la technique. Il ne faut pas non plus oublier l’aspect marketing. Beaucoup croient qu’il suffit d’avoir du talent, mais il faut aussi faire des études de marché, c’est très important. Mais à ce niveau on peut être aidé par des professionnels. Je leur dirais aussi d’être honnêtes durant tout leur parcours. En effet, il y’a beaucoup de choses à faire :

« il faut conserver un effort constant, avoir l’esprit créatif, positiver, savoir s’organiser, mettre en avant ses connaissances, savoir être un meneur, créer son réseau de contacts, gérer les situations de crise, ce n’est pas un métier facile, mais c’est vraiment stimulant. »

MODELE DE REUSSITE: Quel est selon vous le secret de la réussite ?

NWAZAL AYISSI : Ne jamais avoir peur de l’échec, car pour moi l’échec fait partie de l’apprentissage. Et sans lui, nous ne serions rien. Nous ne serions pas capables d’apprécier la moindre réalisation.

Pour le moment mon équipe et moi-même ne connaissons pas le syndrome de la feuille blanche. Oui, je parle d’équipe car je ne suis pas un écrivain et pour proposer quelque chose de bien, je me dois de m’entourer de personnes, professionnelles ou non, qui prennent le temps de me lire et de m’apporter leurs ressentis. Je pense donc qu’en plus de toutes les bonnes attitudes de la vie, il est fondamental de s’entourer d’une bonne équipe, des personnes qui comprennent et vous apportes des critiques, des personnes qui se reconnaissent en ce que vous faites.

Ainsi, je travaille en étroite collaboration avec madame MELONIO écrivain public de la mairie de sarcelles à Paris. Que je remercie de passage et toute mon équipe également.

MODELE DE REUSSITE: Quelle perception avez-vous du groupe de médias MODELE DE REUSSITE ?

WAZAL AYISSI : Pour moi MODELE DE REUSSITE contribue considérablement à la valorisation de la culture afro dans le monde. Et je vous remercie de tout mon cœur et vous encourage à persévérer dans ce sens. Merci pour cette interview.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here