Qui est Ibrahima DIENG ? De Directeur Marketing de BONAGUI à Directeur Général d’EasyCom

3805

« Quand le feu rencontre le fer, ce n’est pas pour le détruire mais pour le rendre plus fort. Prenez le cas des métaux précieux (l’or, l’argent, etc.) ; ils passent par le feu pour prendre de la valeur. Ce qui revient à dire que la souffrance et les difficultés ne nous détruisent pas, mais plutôt, nous forgent et nous rendent plus forts ». A déclaré M. Ibrahima Dieng lors de son interview avec un de nos reporters. Suivez son parcours

www.modeledereussite.com: Parlez-nous de votre enfance ?

Ibrahima DIENG : Je suis né à Conakry, dans l’un des deux grands hôpitaux de la Guinée, notamment, le CHU de Donka. Inscrit à l’école, j’ai suivi mes cours élémentaires à l’école primaire de Nongo Unité. Après avoir obtenu mon Certificat d’Etudes du Primaire (CEP), j’ai poursuivi mes études du secondaire au lycée privé Sainte-Marie, où j’ai décroché en 1999, mon Baccalauréat deuxième partie en série sciences expérimentales.

www.modeledereussite.com: Comment se sont passées vos études  par la suite ?

Ibrahima DIENG : Après avoir obtenu mon diplôme du Bac, mon souhait était de poursuivre mes études supérieures au Canada. Mais comme mes inscriptions tardaient, je suis finalement parti au Maroc au compte d’une université canadienne du nom de ‘ISIAM AGADIR’. Je suis resté là-bas jusqu’à l’obtention de ma Maitrise en Marketing-Gestion-Commerciale.  Ensuite, je suis allé en France pour faire mon troisième cycle. J’ai obtenu un diplôme d’études supérieures spécialisé en marketing à l’ISG de Paris  en 2004. Cependant, me sentant trop spécialisé en marketing, j’ai décidé de donner plus de polyvalence à ma formation, à cause des préjugés que les gens avaient du marketing en Guinée. J’ai donc obtenu un Master en Management des Stratégies et de la Franchise à l’institut ARCA de Paris. J’avoue que ma dernière année d’études avait été très intense. Je suivais une formation en alternance. C’est-à-dire, une semaine à l’école, une semaine en entreprise,  et parallèlement, je travaillais aussi les week-ends dans un restaurant du nom de ‘’Flunch’’ à la place de Clichy. Fort de toutes ces formations et expériences acquises, j’ai décidé enfin de retourner au bercail en janvier 2006.

www.modeledereussite.com: Une fois en Guinée, quelle a été votre première occupation ?

Ibrahima DIENG : Quand je suis rentré en Guinée, j’avais l’intention de créer ma propre agence de communication. Mais avec du recul, je me suis dit aussi qu’il était imprudent de se lancer directement dans l’entrepreunariat après toutes ces années d’absence. C’est ainsi, j’ai eu la chance d’être recruté à Coca-Cola Guinée comme Directeur Marketing. A l’époque, j’étais le plus jeune de la société et j’occupais un poste de responsabilité. Il faut noter qu’avant moi, il n’y avait pas eu de Directeur Marketing auparavant au sein de Bonagui, filiale guinéenne de Coca-Cola. Il y avait un Senior marketing manager basé à Accra au Ghana. Ce dernier faisait la tournée selon son planning pour lancer des campagnes et revenait pour faire l’évaluation.

www.modeledereussite.com: Dites-nous l’historique de la création de votre entreprise.

Ibrahima DIENG : Après avoir passé cinq ans à Coca-cola, la routine s’est installée, j’avais besoin de plus de Challenge, finalement, j’ai fini par créer EasyCom, le 05 août 2010. Mais avant, quand j’ai décidé de quitter Coca-cola, dans le but de créer mon entreprise, certaines personnes  m’ont  pris pour un fou. Personne ne voulait m’encourager dans ce sens. On me disait que c’est de la folie de quitter un poste de Directeur d’une grande multinationale et se lancer ainsi dans  l’aventure. Et, pour la petite histoire, même ma maman était carrément opposée à cette décision. J’ai alors profité lors d’un de ses voyages en France pour rendre ma démission. C’est ce qui fut fait.

easycoomBref, pour commencer,   nous étions que deux(2) : mon infographe et moi à la création d’Easycom. Nous avons débuté nos activités dans ma salle à manger parce qu’à l’époque, j’avais pris un local qui était en construction,  il fallait attendre la fin des travaux. En ce temps, je faisais office de Directeur, Commercial, Secrétaire, comptable et coursier. J’avoue que les débuts furent très difficiles : insomnie, stress, interrogation sur mon choix…

Mais entretemps, grâce à Dieu, beaucoup d’eaux ont coulé sous le pont.

Dans le monde de la Communication en Guinée, Easycom est l’une des dernières agences à s’être installée officiellement. Mais grâce à notre évolution rapide, due aux performances basées sur la rigueur et le professionnalisme, nous avons, en si peu de temps, su nous tailler une place de choix dans un domaine à forte concurrence. Et c’est à juste titre qu’aujourd’hui, nous sommes cités de manière spontanée parmi les trois meilleures agences de communication du pays.

Fort de toutes ces expériences, et ayant su gagner aussi la confiance de mes pairs, cela m’a valu d’être nommé depuis deux ans maintenant, Président de l’UNARPGUI (Union Nationale des Agences et Régies Publicitaires de Guinée).

www.modeledereussite.com: A part ces régies publicitaires, quelles autres activités exercez-vous dans la boite ?

Ibrahima DIENG : Au sein d’Easycom, nous avons créé Kozons Jeunes, le premier magazine d’éducation pour l’adoption des comportements sains. Malgré des difficultés, le magazine est paru jusqu’à la 8ème édition. Pour l’heure, la parution est en suspend par manque  de partenaires et sponsors. Cependant, vu la demande pressante de nos lecteurs, nous comptons le relancer en cette année 2017. Ceci dit, les partenaires et sponsors seront les bienvenus.

Nous avons également mis en place une compétition interscolaire du nom des Olympiades Scolaires. Elle offre une bourse d’études au lauréat dans l’une des plus grandes universités au monde ; l’Université Internationale d’Agadir dont je suis le Représentant en Guinée. Cette compétition qui met en émulation les élèves de terminal issus de différents établissements du pays, a pour objectif majeur de soutenir et promouvoir l’excellence au sein de l’Ecole guinéenne.

www.modeledereussite.com: Parlez-nous de ces difficultés évoquées plus haut.

Ibrahima DIENG : Comme je viens de le dire, le départ a été très difficile. Heureusement que ma femme était là pour me soutenir. D’après elle je calculais dans mon sommeil. Je me rappelle quand je cherchais mon premier marché, mon souci était que les gens me connaissaient comme un bon marketeur, mais sans aucune référence en tant qu’agence de communication. C’est-à-dire qu’on connaissait tout ce que j’avais eu à faire à Coca-Cola mais on doutait si je pouvais produire de bons supports de communication.

Alors mon premier marché, a été avec la société Areeba. Avant même de recevoir le bon de commande, quand on m’a dit que le marché allait m’être octroyé, j’ai directement lancé la production. Et je me rappelle, je n’avais même pas eu un million de francs guinéens (1 000 000 GNF) de marge. Mais peu importe, pour moi mon premier objectif était atteint, celui d’avoir une référence.

A cela, je puis citer pleins d’autres. Mais comme vous le savez, le chemin de la réussite est toujours parsemé d’embûches. Pour ce faire, j’ai ma philosophie : «Quand le feu rencontre le fer, ce n’est pas pour le détruire mais, pour le rendre plus fort. Prenez le cas des métaux précieux (l’or, l’argent, etc.) ; ils passent par le feu pour prendre de la valeur.  Ce qui revient à dire que la souffrance et les difficultés ne nous détruisent pas, mais plutôt, nous forgent et nous rendent plus forts ».

www.modeledereussite.com: A votre avis, quel est le secret de la réussite ?

Ibrahima DIENG : A mon avis, la clé  de la réussite est la persévérance. La réussite professionnelle se résume en trois étapes :

Au départ, vous travaillez pour les gens,

Ensuite, vous travaillez pour vous-même,

Enfin, Les gens travaillent pour vous

Dans mon cas, je suis à la deuxième phase, je travaille pour moi car la société dépend de moi.

www.modeledereussite.com: Quels sont vos projets futurs ?

Ibrahima DIENG : Nous comptons investir plus dans les machines afin de couper cette dépendance de l’extérieur. De nos jours il y a des spécificités techniques que nous ne pouvons pas faire localement. Nous sommes obligés de produire au Sénégal, en Côte d’Ivoire ou dans un autre pays. Vous pouvez le constater par la grâce de Dieu, les gains d’Easycom sont réinvestis dans la société. Avec cette stratégie, il arrivera un moment où, on n’aura plus besoin d’investir, car on aura atteint une certaine maturité nous permettant au moins de consolider notre activité.

www.modeledereussite.com: Un conseil pour les jeunes qui veulent suivre vos pas.

Ibrahima DIENG : J’aime bien le dire, il faut suffisamment murir son projet, c’est-à-dire ne vous lancez pas juste dans l’entreprenariat parce que vous enviez quelqu’un ou vous ne voulez pas travailler dans une entreprise. C’est l’erreur que font les jeunes qui disent non je ne veux pas travailler pour quelqu’un, moi je veux travailler pour moi. Il faut toujours prendre la peine de connaitre son marché avant de se lancer dans une course. Donc la meilleure manière, c’est de travailler dans un premier temps dans une entreprise, le temps d’avoir de l’expérience après mettre sur pied son propre projet. En se lançant par hasard dans des projets on risque complètement d’aller droit dans le mur. Il faut persévérer, il faut se donner les moyens d’atteindre ses objectifs.

www.modeledereussite.com: Votre appréciation sur le premier site officiel de modèle de réussite en Guinée ?

Ibrahima DIENG : C’est une belle initiative. Chacun peut initier quelque chose et essayer d’apporter sa pierre à l’édifice. Le fait de permettre à tous les jeunes guinéens ainsi qu’aux leaders d’opinion, d’avoir des références, est  vraiment salutaire.

Pour moi, quand quelqu’un est dans un marché comme le nôtre, il faut avoir des repères  pour ne pas perdre son chemin. Voir les parcours et permettre aux lecteurs de savoir que rien ne tombe du ciel.

Je vous félicite pour le site, je vous félicite par rapport à l’initiative, il faut plein d’initiatives comme cela, pour essayer de changer les choses et de motiver cette jeunesse-là qui en a vraiment besoin.

www.modeledereussite.com: Nous vous remercions.

Ibrahima DIENG : C’est moi qui vous remercie.

                                                                                                                                     Jean Tiby SANGARE

                                                                                                          modeledereussite.com

   Message de modèle de réussite :  A en croire M. Dieng, c’est en franchissant des étapes bien précises qu’on peut prétendre être un futur Chef d’entreprise. A travers son parcours, on se rend compte aisément que la meilleure façon pour vous d’y parvenir, c’est de commencer par travailler pour autrui, ensuite, vous travaillez pour vous-même, pour qu’enfin, les gens puissent travailler pour vous. Rien de génial plus que ça.  Et vous ? A quand votre premier pas ?                     

« Comme Ibrahima DIENG, vous pouvez aussi réaliser vos RÊVES »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here