TAMBA ZACHARIE MILLIMOUNO, Journaliste-chroniqueur Espace Fm.

2915
Jeune Modele - TAMBA ZACHARIE MILLIMOUNO

‘’ Né à Gueckedou il y’a 31 ans, chrétien dans l’âme, ce sociologue de formation est aujourd’hui un des meilleurs journalistes chroniqueurs de son pays. Derrière son micro, il se distingue par la forte pertinence de ses analyses, sa voix qui donne l’impression qu’il est en avance sur son jeune-âge et surtout, par sa façon de défendre ce en quoi il croit ; à tout cela s’ajoute une sagesse exceptionnelle. MODELE DE REUSSITE vous invite dans cet article, à découvrir en toute exclusivité le parcours de Tamba Zacharie MILLIMOUNO, ou plutôt TAMBA tout court. ’’ Lisez !!!     

MODELE DE REUSSITE: Présentez-vous à nos lecteurs ?

Je m’appelle Tamba Zacharie MILLIMOUNO, journaliste par la force des choses, sociologue de formation. Je suis chroniqueur pour l’émission ‘’Les grandes Gueules’’ à la radio Espace FM Guinée et conseiller personnel de Lamine Guirassy (PDG Hadafo Medias), 31ans, pas encore marié.

MODELE DE REUSSITE: Parlez-nous un peu de votre enfance ?

Je suis né à Gueckedou. A l’âge de cinq ans, toute la famille s’est installée en Côte d’Ivoire. Mon père est pasteur et il devait y suivre une formation en théologie. C’est donc dans ce pays voisin que j’ai passé mes trois premières années de scolarité. Après la formation de papa en 1995, nous sommes revenus en Guinée, où j’ai continué mon cursus scolaire entre Kissidougou et Guéckédou, jusqu’à l’obtention de mes deux Baccalauréats. J’aime souvent dire que j’ai passé mon enfance entre l’église, l’école et le champ. La lecture était également un de mes passe-temps favoris.

MODELE DE REUSSITE: Faites nous un bref aperçu de votre parcours académique et professionnel avant Espace Fm ?

Après l’obtention du Bac en 2006, j’arrive pour la première fois à Conakry. Je me suis inscrit en Sociologie à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, la 44ème promotion, la toute dernière avant l’instauration du système LMD.

Etant major de ma promotion, on m’a proposé l’enseignement à l’université, chose que j’ai acceptée. J’ai enseigné des cours tels que : l’initiation à la recherche, la sociologie de la déviance, la sociologie rurale, la dynamique sociale, etc.

Au même moment, j’étais responsable et coordinateur national du programme de mon église en charge de la lutte contre le VIH Sida. Avec cette dernière fonction, je voyageais beaucoup, j’ai donc été amené à arrêter l’enseignement. Pendant deux ans, j’ai eu la responsabilité de donner des formations de sensibilisation pour éviter le VIH et accompagner les personnes atteintes et affectées.

MODELE DE REUSSITE: Parlez-nous à présent de votre arrivée au Groupe Hadafo Medias ?

J’ai posé mes valises à Espace Fm le 1er mars 2013. Mais pour rappel, c’est lorsque je travaillais sur mon thème de mémoire qui portait sur ‘’la rumeur et les radios’’, que je me suis rendu à ESPACE pour interviewer Lamine Guirassy. C’est là notre première rencontre  et c’était en 2011. A la fin de notre interview, Lamine m’a proposé de travailler avec lui. Après quelques instants de réflexion, j’ai répondu que j’allais y réfléchir. J’ai fait deux ans sans donner de suite, vu que j’étais occupé à l’église. C’est seulement en 2013 que j’appelle Lamine pour savoir s’il y avait toujours de la place pour moi. Voilà comment mon aventure démarre le 1er mars 2013 au groupe Hadafo Médias. Je fais la plume, les Grandes Gueules et en plus, les présentations journal et d’autres programmes comme droits et devoirs.

En outre, j’ai une expérience avec l’Institut Républicain International, une ONG qui œuvre dans la bonne gouvernance, le renforcement des capacités de la société civile et l’émancipation des femmes, présente sur tous les continents. J’ai décroché en 2016 un contrat de consultant international à l’époque de la présidentielle au Niger. On accompagnait le processus électoral en formant les jeunes des partis politiques. Pour mon cas, je concevais et donnais des formations sur comment réussir une interview radio et télé, en plus d’autres formations dont en marketing politique : comment vendre sont partis, son image, son projet de société et également comment construire un message de paix. Franchement j’avoue que ce fut une belle année d’expérience pour moi au Niger. L’année d’après, le programme bouclé, je suis revenu en Guinée pour continuer l’aventure avec le groupe Hadafo Medias.

MODELE DE REUSSITE: Vous  êtes chroniqueur dans les G.G ; dans l’émission vous avez plutôt la tête posée et vos interventions sont le plus souvent très pertinentes, comment réussissez-vous à vous démarquer ?

En réalité il n’y a pas un secret particulier. Vous savez dans les GG (Grandes Gueules) chacun à son style et son tempérament propre. C’est d’ailleurs ce qui fait la valeur de cette émission. Par exemple, Robbie c’est le casseur, Moussa Moïse, l’investigateur par excellence, Aboubacar Diallo, Moussa Yéro ainsi que tous les autres animateurs ont tous leurs touches personnelles. Et pour mon cas, je conçois toujours que dans une émission comme les Grandes Gueules on aborde des sujets parfois très graves, alors il est important sur chaque mot que je prononce, chaque idée que j’avance, de prendre suffisamment de temps pour bien analyser. Il est évident que tout n’est pas rose, je peux faire des erreurs parfois (c’est humain), mais je m’efforce de faire les choses sérieusement. Je suis conscient qu’il y a des religieux, des sages, des jeunes, des femmes qui nous écoutent, ce n’est pas le lieu de s’amuser. Il est primordial de savoir transmettre son message pour être bien compris. Et comme dit la  Bible, « tout ce qui n’est pas fruit de conviction est  péché », c’est pourquoi dans toutes mes interventions je fais en sorte de me rassurer que ce que je dis provient de ma profonde conviction. Au reste, je dis encore une fois, que les GG c’est une équipe.

MODELE DE REUSSITE : À la base vous êtes sociologue aujourd’hui vous vous retrouvez dans un média, est-ce que ce changement de domaine a joué sur vous ?

Bien sûr, c’était un peu compliqué, mais j’avoue sincèrement que j’ai eu le privilège de trouver des collègues très ouverts, toujours prêts à partager. C’est le moment pour moi de rappeler que quand il s’agissait :                                                                                       -du langage journalistique, je me rapprochais souvent de Aboubacar DIALLO ;                   -d’une enquête journalistique, il y’a Moussa Moïse ;                                                           -de prendre du recul, pour mieux analyser les choses, Abdourahmane DIALLO était là ;       -de l’animation et de la modération, le turbo Lamine GUIRASSY est toujours à mon écoute.

Au-delà, il y’a Mafoudia BANGOURA qui a été d’un soutien énorme pour moi, et jusqu’à présent elle continue à l’être, elle est en réalité ma coach.

Par contre il y’a une précision importante à mon sens, le journalisme n’est pas non plus très différent de la sociologie d’un point de vue de l’enquête. En sociologie, vous apprenez l’enquête du premier jusqu’au dernier jour. Le sociologue va même parfois beaucoup plus en profondeur que le journaliste, puisqu’il questionne la rationalité, les processus, les perceptions et les représentations, à la fois individuelles et générales. J’avais donc déjà d’un point de vue de l’enquête et de l’investigation un savoir significatif. Quant au travail de réflexion quotidienne, de l’analyse, de la présentation, je pense que ces personnes m’ont beaucoup aidé.

MODELE DE REUSSITE : Quelle réponse donnez-vous à tous ceux qui disent que les animateurs des GG donnent l’impression d’être spécialistes en tout ?

Très bonne question ! Les GG sont une émission difficile où chaque animateur doit avoir un avis. C’est être un chroniqueur que d’avoir un avis. Parfois mûri, mais parfois pas du tout, à sortir sur « dans le feu de l’action ». C’est là une première contrainte. La deuxième pesanteur – dont nous avons pleine conscience – résulte du fait que l’émission est suivie, voire scrutée par une fourchette de personnes dont le domaine est discuté à l’antenne. Elles en savent forcément plus que nous et c’est là tout l’intérêt des interviews que nous réalisons, car comme le dit l’adage, « qui connait tout ne connait que dalle ».

MODELE DE REUSSITE : Les difficultés, vous en avez eues forcément, parlez-nous de quelques-unes que vous avez vécues ?

Il n’y a rien de plus normal que les difficultés dans le travail. Pour moi elles sont faites pour nous permettre de nous surpasser, d’atteindre d’autres niveaux plus élevés. Moi j’ai grandi dans un milieu chrétien, donc je crois fermement que toute épreuve édifie. Je crois aussi fermement qu’il y’a toujours une main invisible qui nous soutient et nous guide. DIEU m’a toujours accompagné de l’école primaire à ma carrière professionnelle en passant par l’université. L’un des plus grands défis qui s’est présenté à moi c’était le Niger : un monde nouveau, des pratiques et us totalement différents. Là-bas, toute la population est quasiment musulmane. Il fallait d’abord réussir à me faire accepter, ensuite s’affirmer par le travail, pour enfin arriver à montrer à tous qu’au-delà de l’impératif professionnel, j’étais ouvert à nouer des amitiés sincères, apprendre à vivre ensemble, former une équipe ; Dieu l’a permis.

MODELE DE REUSSITE: Quels sont vos modèles à vous ?

Jeune Modele, TAMBA ZACHARIE MILLIMOUNO

Toutes les personnes que j’ai citées plus tôt ont été des modèles pour moi. En outre, il y’a l’islamologue Tariq Ramadan quant à sa façon d’analyser et de s’exprimer. Toutefois mon plus grand modèle, c’est mon père. Je bénis Dieu que j’ai pas mal de traits commun avec lui : la voix, la façon de parler, le débit, il est très calme et très sage. Mon père, c’est mon modèle de sagesse et si je pouvais avoir, ne serait-ce que 10 pourcent de sa sagesse, je serais bien meilleur que je ne suis.

MODELE MAG : Pour vous c’est quoi le/les secret(s) de la réussite?

Réussir, un bien grand mot ! Je ne sais pas ce que vous appelez ‘’la réussite’’, mais il n’en reste pas moins que pour moi, 04 secrets préexistent à la réussite :

1er Secret : Dieu !!! Il vient avant toutes choses et existe encore quand tout est fini.          Je suis un homme avec des imperfections, des pêchés avec tout ce que vous pouvez imaginer, j’ai mes petites faiblesses et défauts, mais DIEU EST TOUT, IL EST à la base de toute réussite. J’enseigne le Développement Personnel, mais je ne suis pas du même avis que ceux qui pensent que l’homme, à lui-même a les ressources pour devenir ce qu’il désire être. Ce n’est vraiment pas ce que je crois.

2ème Secret : Savoir définir ses priorités.                                                                        Il faut définir ses priorités dans la vie. On ne peut pas embrasser tout en même temps, vous ne réussissez pas comme ça. Une chose après l’autre et une seule chose à la fois. Il y’a un  temps pour toutes choses, dit l’Ecclésiaste.

3ème Secret : Eviter les EXCUSES                                                                                    La meilleure façon d’échouer c’est de se trouver des excuses. Ayez confiance en vous, admettez vos erreurs et apprenez avec humilité à devenir meilleur. En Guinée on est habitué à dire que : si l’on n’a pas le bras long (relations), c’est pratiquement impossible de trouver un travail. Cela n’est pas forcement vrai.

4ème Secret : Apprenez à appliquer la loi de Pareto dans votre vie.                               Vous avez probablement entendu parler de cette loi. La loi de Pareto est applicable à tous les domaines de la vie, ou presque. C’est extraordinaire ! Cette loi stipule que                     80% de vos accomplissements sont dus à uniquement 20% de vos ressources. Pour être plus précis, je dis aux jeunes d’accorder 80% de leurs temps à 20% de leurs relations, car trop d’ami(e)s sont parfois nuisibles, en plus si vous remarquez, c’est seulement une poignée de vos relations qui vous aide à atteindre l’essentiel de vos objectifs.

MODELE DE REUSSITE : Parlez-nous de vos perspectives pour les cinq prochaines années ?Salomon dit qu’il « y a dans le cœur de l’homme beaucoup de projets, mais c’est le dessein de l’Eternel qui s’accomplit ». Ainsi je ne peux que me formuler ici des vœux et prier qu’ils s’alignent sur la volonté de Dieu. Par cette volonté, je voudrais donc au bout de cinq ans, être époux et père de deux radieux garçons, commencer à tirer Excelle, notre cabinet de formation en communication et développement personnel vers de nouveaux horizons, achever ma maturation pour prendre plus de responsabilités envers Dieu, la famille et mon pays que j’aime.

MODELE DE REUSSITE: Aujourd’hui vous faites partie de ces très rares jeunes à paraître dans la rubrique ‘’Jeune Modèle’’ du magazine MODELE MAG, quels sont vos sentiments ?

Jusqu’à présent je me pose la question : pourquoi moi ?                                                    Je suis très surpris, et merveilleusement, d’apparaître dans les lignes de votre magazine, et également très honoré. Je dirais même flatté. Mais voyez-vous, j’ai l’habitude des bonnes surprises (rire).

Merci beaucoup, MODELE DE REUSSITE et tous mes encouragements.

(Interview à retrouver dans le sixième numero du magazine MODELE MAG – cliquez juste pour telecharger gratuitement).

MODELE MAG Mai 2019  »Rubrique Jeune MODELE »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here