Thierno Ibrahima DIALLO, Gérant de l’agence digitale Easy Link Guinea. Un parcours passionnant et inspirant.

299
Thierno Ibrahima DIALLO - Gerant Easy Link Guinea

« Enfant, il était déjà un passionné des nouvelles technologies. Curieux dans l’âme, il passait la plus part de son temps à démonter des téléviseurs afin de voir ce qui se passe à l’intérieur de cet écran. Après des années d’études à Conakry en passant par Dakar, Thierno Ibrahima DIALLO est aujourd’hui gérant de l’agence digitale Easy Link Guinea qu’il a fondé depuis le 30 novembre 2012. » MODELE DE REUSSITE vous invite à découvrir le parcours de ce jeune modèle qui se bat pour développer les technologies de l’information et de la communication dans son pays.

 MODELE DE REUSSITE : Présentez-vous à nos lecteurs ?

Je m’appelle Thierno Ibrahima Diallo, j’ai 33 ans, aujourd’hui gérant de l’agence digitale Easy Link Guinea, que j’ai fondée en 2012.

MODELE DE REUSSITE : Parlez-nous un peu de votre enfance et un bref aperçu sur votre parcours académique ?

Je suis l’ainé d’une famille de cinq enfants. J’ai fait une partie de mon enfance et mes études primaires au village à Timbi Madina (sous-préfecture de pita) ; le collège à Hamdalaye secondaire et le lycée Victor Hugo dans la commune de Matoto puis l’université à KOFFI ANNAN. J’ai été un enfant très curieux et surtout très attiré par la technologie. Je me rappelle que je passais la majeure partie de mon temps à démonter des téléviseurs, afin de voir ce qui se passe à l’intérieur. La télévision me fascinait énormément, car c’était extraordinaire pour moi de voir une personne à l’intérieur de cet écran alors qu’en réalité elle n’y était pas physiquement. Les technologies de l’information et de la communication sont une véritable passion pour moi depuis l’enfance. C’est après mes études universitaires que je suis allé au Sénégal pour me performer en développement web, marketing digital, Business développer.

MODELE DE REUSSITE : Après vos études au Sénégal, comment êtes-vous parvenu à décrocher votre premier emploi ?

 A la fin de ma formation à Dakar, j’ai directement commencé à chercher un emploi. Après plusieurs tentatives dans différentes entreprises, j’ai réussi au final à avoir un stage dans une PME qu’on appelle AFRICA TECHNO PLUS, c’est là que j’ai compris que le marché de l’emploi au Sénégal aussi est très difficile, surtout pour un étranger car même les jeunes sénégalais peinent à trouver un emploi. Au bout de mon stage je me suis dit qu’il fallait que je revienne dans mon pays en vue de contribuer à son développement. Pour être sincère le véritable déclic m’est venu suite à ma participation en 2011 à l’inauguration de Google Dakar, sur place j’ai remarqué la présence de beaucoup de pays sauf la Guinée, pour moi c’était carrément choquant. Dès lors j’ai pris la ferme décision de rentrer en Guinée pour créer mon entreprise.Mais malheureusement une fois à l’aéroport de Conakry mon ordinateur a été volé, en plus je ne voulais pas rentrer chez mes parents car pour moi c’était comme repartir à zéro, je me suis donc installé au quartier kissosso. C’est ainsi que j’ai entamé la création de mon entreprise, malgré que je n’avais presque plus d’argent mais je croyais fermement en mon projet.

MODELE DE REUSSITE : Faites-nous une rétrospective sur vos débuts lors de votre société Easy Link et quelques difficultés que vous avez rencontrées ?

Quand j’ai réussi à mobiliser le montant nécessaire pour la création de mon entreprise, je suis donc allé à l’APIP pour l’obtention de mon agrément. Après j’ai entamé le processus de prospection pour trouver mes premiers clients. Les difficultés étaient énormes – tant sur ma situation financière que celle du marché du numérique en Guinée – car la majeure partie des entrepreneurs évolue dans l’informel avec l’ancien système. Parfois je n’avais même pas mon transport pour le retour, je profitais le plus souvent avec le bus qui transporte le personnel de la société UGAR ACTIVA, vu que j’avais fait mon stage dans cette entreprise avant d’aller au Sénégal.

C’est dans cette prospection, qu’un Monsieur m’a recommandé à une de ces connaissances qui m’a aussitôt invité pour un entretien à l’hôtel Petit Bateau. Après nos échanges, il m’a payé un acompte pour la création de son site, je suis directement allé m’acheter un ordinateur, une clé USB et une clé internet.

Ce site est devenu ma référence technique et commerciale auprès des autres entreprises.

En 2013 j’ai signé un partenariat avec la société AVIRA pour vendre leur Antivirus en Guinée, une partie de l’argent m’a servi à ouvrir un cyber café. Ce cyber me servait de source de revenu pour satisfaire certains besoins.

A la même année, j’ai lancé le premier événement numérique en Guinée « un concours universitaire de programmation informatique » qui fut malheureusement stoppé à cause de la maladie à virus Ebola.                                                                                    En 2017 lorsqu’Easy Link est devenu totalement digitale nous avons organisé la première édition de Conakry Digitale Day dont la 3ème édition est prévu pour le mois de novembre 2019 prochain.

MODELE DE REUSSITE : Avez-vous des projets futurs ?

Oui évidemment nous avons de grands projets qui vont dans le sens du développement des TICs en guinée. Et également continuer l’événement Conakry Digital Day en mettant un accent particulier sur la formation et l’information.

MODELE DE REUSSITE : Est-ce la seule activité dans laquelle vous évoluez ?

A part EASY LINK, par le concours de mon équipe, j’ai réalisé d’autres projets tels que  « le magazine performance » qui fait la promotion des jeunes leaders africains, qui ne paraît plus pour des raisons personnelles, nous avons ALLO224, un service de livraison de repas à domicile ou au bureau qui est lancé depuis le 15 Septembre 2018, il y a ThePhénix qui est une agence marketing et de Pub Indore qui sont des embryons de EASY  LINK.

MODELE DE REUSSITE : Alors quels sont vos sentiments d’être choisi comme jeune modele par le magazine MODELE MAG ?

Pour moi c’est une joie et surtout une très grande responsabilité.

MODELE DE REUSSITE : Un conseil pour les jeunes ?

Moi je dirais aux jeunes de se former, c’est primordial. Si j’ai réussi à créer mon entreprise, c’est parce que j’avais accepté de me former, ce qui m’a d’ailleurs permis d’avoir confiance en moi.En cela j’ajoute le fait d’accepter de travailler dans une petite structure afin de mieux comprendre les différents problèmes liés à la vie d’une entreprise.

Mon tout dernier conseil à chaque jeune est le suivant : N’ABANDONNEZ JAMAIS, avec la persévérance tout ira mieux.

Interview à retrouver dans la rubrique JEUNES MODELES du nouveau numéro de votre magazine MODELE MAG (cliquez sur l’image ci dessous pour telecharger Gratuitement)

MODELE MAG 006 – HADJA MARIAMA SATINA DIALLO SY

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here